Le corps face aux émotions

L’impact des émotions sur notre organisme

 

« Ce que tu ne comprendras pas dans ton corps, tu ne le comprendras nulle part ailleurs »

Nous vivons dans un monde d’émotions. Chaque être humain est confronté, au cours de sa vie, à nombre d’émotions subies, ou choisies.  Ces émotions peuvent être positives ou négatives, et avoir des répercussions sur le moral bien sûr, mais aussi plus profondément dans notre corps et sur la santé.

Que savons-nous sur les émotions ?Cartographie emotions 1

Du point de vue étymologique, "émotion" vient:
-du verbe latin "movere" = mouvoir
-du préfixe "é" = vers l'extérieur

Elles sont à l'exacte interface du corps et de l'esprit, et s'expriment de manière simultanée dans ces deux dimensions : une émotion se traduit toujours par l'apparition de modifications physiques et de contenus mentaux.

Dans certains cas, l'émotion commence dans le corps : je me sens physiquement mal à l'aise devant quelqu'un qui me ment ou me manipule, avant même de l'avoir compris intellectuellement. Dans d'autres cas, elle commence dans l'esprit : lorsque j'anticipe des soucis à venir, mon corps réagit comme s'ils étaient vraiment là (c'est l'anxiété). On estime aujourd'hui que pensées et émotions sont indissociables, comme les deux faces d'une carte à jouer. 

Si l’âme est bâillonnée, c’est le corps qui  parle. Les maux du corps viennent dire tout haut ce que nous éprouvons tout bas. Ce qui est réprimé s’exprime par le corps qui se fait l’écho de ces silences.  « En avoir plein le dos », « se prendre la tête » ou « se faire de la bile » 

La maladie vient d’un mauvais rapport, un désaccord ou une incompatibilité entre un événement extérieur et un événement intérieur. La plupart des dysfonctionnements pouvant affecter le corps humain trouvent leur origine dans un stress, une émotion, un choc émotionnel… générant une action directe sur les cellules et par voie de conséquence, sur les tissus, les organes, le système immunitaire.

Apprendre à sentir son corps, comprendre ce qu’il cherche à nous faire savoir….

Faut-il pour autant décortiquer chaque symptôme lui trouver une motivation psychologique ? Absolument pas ! Une douleur n’a pas systématiquement une origine psychique. Mais un symptôme doit attirer l’attention quand il est récurrent ou survient de manière fulgurante 

 

Guérir, c’est faire cesser le déséquilibre

Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise  chaque émotion est liée à un organe qui est aussi un foyer d’énergie.  Ainsi la colère relève du foie, la peur du rein, l’inquiétude de la rate…  Si une émotion dépasse la limite habituelle et s’intensifie à l’excès, elle peut déstabiliser le Yin-Yang et créer une stagnation ou un contrecourant d’énergie. Si nos organes sont équilibrés, nos émotions le sont aussi et notre pensée sera alors juste et claire.

Les émotions engendrent des mouvements d’énergie perturbateurs, qui peuvent bloquer plus ou moins durablement la circulation dans les organes en particulier dans le foie dont un des rôles physiologique est de drainer les émotions, et de réguler les sentiments. En cas de trouble, la colère fait monter l’énergie dans le haut du corps (c’est le coup de sang).

La joie la disperse.
La tristesse et les soucis, l’inhibe.
La réflexion la concentre.
La peur la fait descendre.
L’état de choc la fige.

La médecine chinoise a donc pouvoir, en améliorant le fonctionnement des organes et la circulation dans les méridiens, de réguler et réharmoniser les émotions, de calmer les passions et d’influencer les sentiments.

Identifier vos émotions :

Faites une pause, assis sur une chaise par exemple. Inspirez et expirez 3 fois lentement; vous pouvez compter 5 secondes par inspiration et 5 secondes par expiration au début, après ne comptez plus mais respectez ce tempo. A ce moment-là, ce moment où vous faites un « stop » sur vous-même, l’émotion et/ou la douleur physique associée va se réveiller. Vous pouvez la ressentir à un endroit très précis (en haut du dos par exemple) ou dans l’ensemble de votre corps (une grosse peur fait trembler de la tête aux pieds).

Une fois que vous avez localisé votre émotion, essayez de savoir de quel type d’émotion il s’agit: ressentez-vous de la colère, de la tristesse, de l’amertume, du chagrin ?      Si vous ne trouvez pas       « votre » émotion dites à voix haute ou dans votre tête les émotions précédentes. A un moment une des émotions va raisonner en vous, se sera l’émotion que vous êtes en train de ressentir.

 

×