Articles

  1. Le Foie en Médecine Chinoise

  2. L'obesité / Surpoids

  3. La Thyroide

  4. Le Rhume des Foins

  5. La Fibromyalgie

  6. La diététique selon la Médecine Chinoise

Le foie en médecine chinoise

Le foie est situé du côté droit de l’abdomen, juste au-dessus du duodénum. Il est l’organe le plus gros du corps humain et les fonctions qui lui incombent sont nombreuses. Nous allons voir très brièvement ce qu’est le foie en médecine occidentale puis beaucoup plus longuement, les fonctions de celui-ci en médecine chinoise.

Le foie en médecine occidentale (ou glande hépatique) est un organe abdominal des vertébrés qui assure trois fonctions vitales : une fonction d’épuration, une fonction de synthèse et une fonction de stockage. Chez l’humain, il est impair et asymétrique. Il est logé dans l’hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du creux épigastrique puis atteint l’hypocondre gauche. C’est le plus volumineux des viscères humains (deux pour cent du poids corporel, soit une moyenne de 1 500 grammes) et l’organe du corps humain qui effectue le plus grand nombre de transformations chimiques. La discipline médicale qui lui est rattachée se nomme l’hépatologie.

Le foie participe au contrôle et à la mise en œuvre du système immunitaire en combattant les cellules indésirables selon un processus nommé « phagocytose ». Enfin, il a aussi la faculté de détruire les globules rouges, de produire l’urée permettant l’excrétion des déjections azotées, de produire la fibrinogène (protéine utile à la coagulation du sang), de stocker le glycogène (sucre), de participer au stockage et au métabolisme des vitamines, et de produire des substances antitoxiques et protectrices.

 Le foie au même titre que la vésicule biliaire, appartient à l’élément Bois et est de nature Yin. Il se nomme en chinois Gān; 肝 et a 5 principales fonctions qui sont :

  • D’assurer la libre circulation du Qi
  • De stocker le sang
  • De gouverner les tendons
  • De se manifester dans les ongles
  • De s’ouvrir aux yeux

1) Assurer la libre circulation du Qi

Assurer la libre circulation du Qi est la fonction du foie la plus importante. Il règle et assure le mouvement du Qi, du sang, du Jing, des liquides organiques et des émotions dans le corps entier.

Les 3 principaux aspects de cette fonction sont :

  • La digestion
  • Les émotions
  • La sécrétion de bile

A) La digestion

La fonction d’assurer la libre circulation du Qi est nécessaire pour le bon fonctionnement du couple rate – estomac. Si le foie est déséquilibré, une *surpression de son Qi apparait engendrant des distensions et douleurs à la poitrine, aux hypocondres et à l’abdomen inférieur.

Cette surpression fait que le Qi du foie peut envahir l’estomac, et perturber la descente du Qi de ce dernier, entrainant des revois, des nausées, des vomissements, des douleurs au niveau de l’abdomen supérieur. Lorsqu’il envahit la rate, il perturbe la montée du Qi de celle-ci et sa fonction de transformation et de transport, ce qui aboutit à des symptômes tels que des douleurs à la poitrine, aux hypocondres et à l’abdomen, des gargouillements intestinaux et des diarrhées. Par conséquent, lorsque le bois agresse la terre cela engendre des troubles digestifs variés.

*Une surpression du Qi du foie peut évoluer en chaleur, en montée du Yang du foie ou en feu. Ces deux derniers pouvant se transformer en vent interne.

B) Les émotions

Le foie équilibre les émotions. Cet équilibre émotionnel dépend de l’harmonie du Qi et du sang et donc de la fonction d’assurer une libre circulation. Lorsque le foie maintient la libre circulation du Qi, l’interne est détendu, l’interaction de la personne avec l’environnement extérieur se fait normalement. Si cette fonction est perturbée en raison d’une surpression du Qi du foie, des troubles émotionnels apparaissent donnant lieu à des réactions excessives ou inappropriées. A contrario, un trouble émotionnel peut de même affecter la fonction de libre circulation du Qi du foie.

Le foie a une relation privilégiée avec les émotions : colère, irritabilité, saute d’humeur, dépression, rancœur, frustration.

C) La sécrétion et libération de la bile

La fonction de stockage et de libération de la bile de la vésicule biliaire est un aspect de la fonction du foie consistant à assurer la libre circulation du Qi. Si cette fonction du foie est perturbée, cela engendrera des anomalies dans la production et la libération de la bile, caractérisées par un goût amer dans la bouche, des reflux de liquide jaune, une perte d’appétit, des flatulences, des distensions et douleurs dans les hypocondres.

Le foie en caractère chinois. Ces trois principaux aspects de la fonction du foie consistant à assurer la libre circulation du Qi sont en corrélation, ils ne peuvent être isolés. Lorsque cette fonction est perturbée cela peut affecter aussi bien la digestion, l’activité émotionnelle que la sécrétion et la libération de la bile. En effet, si cette dernière est déséquilibrée elle peut causer un dysfonctionnement de la rate, de l’estomac et intestinal affectant la circulation du Qi qui en retour, peut altérer l’activité émotionnelle.

Lorsque la fonction d’assurer la libre circulation du Qi est normale, le Qi est régulier et sa circulation est fluide, il est en harmonie avec le sang, la libre circulation du Qi dans les méridiens se fait normalement, les organes peuvent fonctionner correctement et les émotions peuvent fonctionner harmonieusement, apparaissant et disparaissant aux moments opportuns.

2) Stocker le sang

Le foie est aussi responsable du stockage et de la régulation du sang. C’est à dire que le foie est capable de retenir le sang et de réguler le volume de sang dans le corps. La quantité de sang dans les différentes parties du corps varie selon les besoins physiologiques. Lorsqu’une personne est active, fait des exercices physiques, le sang s’écoule du foie pour approvisionner les parties du corps qui en ont besoin. A l’état de repos, le sang rejoint le foie pour y être à nouveau stocké.

Si la quantité de sang stockée est insuffisante, les yeux ne seront pas convenablement nourris et des symptômes tels que la vision trouble, une mauvaise vision nocturne et les yeux secs peuvent apparaitre. Par ailleurs, si le sang ne parvient pas à nourrir les tendons, cela crée une hypertonicité des tendons donnant lieu à une incapacité à plier ou à tendre.

Sur le plan gynécologique, cette fonction de stockage du sang par le foie est très importante. Elle a une incidence sur les vaisseaux Ren Mai (Vaisseau Conception) et Chong Mai (Vaisseau pénétrant) qui sont liés avec l’utérus. Si le sang échoue à circuler dans ces deux vaisseaux, une réduction du flux menstruel ou une aménorrhée peut apparaitre.

3) Gouverner les tendons

Les tendons s’attachent aux articulations et jouent un rôle dans le mouvement de ces dernières. Notons qu’ici le mot « tendons » fait surtout référence à l’aspect contraction/relâchement des muscles, il englobe également des tissus mous qui connectent le muscle à l’os et l’os à l’os (tendons, ligaments, cartilages …).

Si le sang stocker dans le foie est insuffisant et incapable d’humidifier et de nourrir les tendons, des symptômes comme des spasmes, des crampes, des engourdissements des membres, des difficultés à plier ou tendre apparaissent. De plus si un vent interne est présent, des signes de tremblements, de tétanie et d’opisthotonos* peuvent apparaitre.

*Contracture généralisée prédominant sur les muscles extenseurs, de sorte que le corps est incurvé en arrière et les membres sont en extension.

4)  Se manifester dans les ongles

La santé des ongles des mains et des pieds sont également dépendants du sang du foie. Ce dernier nourrit les tendons et le surplus va aux ongles. Par conséquent le sang du foie doit être suffisamment abondant.

 5) S’ouvrir aux yeux

Les yeux ont une relation étroite avec le foie. Leur capacité à voir dépend s’ils sont nourris correctement par le sang du foie, et beaucoup de troubles touchant le foie se répercutent dans les yeux.

Lorsque le foie est déséquilibré, cela se répercute sur les yeux :

  • Un vide de sang du foie peut entrainer des yeux secs, une perte de la vision nocturne, des mouches volantes ou une vision floue
  • L’humidité – Chaleur du Foie et de la Vésicule Biliaire se manifeste par des yeux jaunes (jaunisse)
  • Un feu du foie engendre des yeux rouges, irrités, gonflés
  • Une montée du Yang du foie par des vertiges visuels
  • Le vent interne du Foie peut engendrer un *nystagmus, strabisme divergent, convergent ou vertical.

*Mouvement d’oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire.

Le foie n’est cependant pas le seul organe à avoir une action sur les yeux. En effet, tous les Zangfu sont impliqués dans le fonctionnement correct des yeux, mais parmi eux ce sont surtout (après le foie) les reins et le cœur qui sont les plus étroitement liés aux yeux.

En plus de ces 5 principales fonctions du foie on peut également ajouter :

  • Les cheveux sont l’excédent de sang
  • Le foie monte à gauche
  • Le foie déteste le vent
  • Le foie est lié à l’esprit de décision
  • Le foie abrite le Hun

6) Les cheveux sont l’excédent de sang

Bien que les cheveux soient la partie externe des reins ils sont aussi l’excédent du sang, le sang nourrit les cheveux. Par conséquent, l’état des cheveux est aussi une indication de la santé du sang du foie. L’apparition de cheveux gris et/ou la perte de cheveux sont associés à un vide de sang du foie.

Il y a une relation étroite entre le foie et les reins. Le sang stocké dans le foie dépend du Jing des reins, et ce dernier dépend du sang du foie. Ils se transforment et se nourrissent mutuellement, d’où la phrase « le foie et les reins ont la même source ».

7)  Le Qi du foie monte à gauche

Bien que l’organe réel se trouve à droite, le Qi du foie monte à gauche. Il aide le Qi de la rate dans son mouvement de monté. Le Qi du poumon en revanche descend à droite, il aide le Qi de l’estomac à descendre. Ces mouvements sont complémentaires et sont très importants pour la bonne circulation du Qi dans le corps.

8)  Le foie déteste le vent

Le vent selon la loi des 5 mouvements (ou des 5 éléments), le foie correspond au bois et le bois correspond au vent. Le foie est facilement blessé par le vent. Par exemple les migraines sont communément attribuées au foie et celles-ci ont souvent pour origine, ou sont amplifiées, par le vent externe. Par ailleurs, un déséquilibre du foie peut engendrer un vent interne pouvant entrainer par exemple convulsions, tremblements ou paralysie spasmodique.

Par conséquent, le foie est lié aussi bien au vent externe qu’au vent interne.

9) Le foie est lié à l’esprit de décision

Le foie et la vésicule biliaire sont liés sur le plan intellectuel et émotionnel. Cette dernière gouverne la prise de décision à court terme et les jugements, elle est le « contrôleur du jugement », celui qui « tranche ». Le foie gouverne la prise de décision à long terme, la planification.

Les personnes avec un fort Qi et sang du foie sont généralement de bon décideurs et ont une bonne capacité de planification stratégique.

 10) Le foie abrite le Hun

L'esprit Hun (魂) est souvent appelé « âme éthérée » ou « conscience éthérée ». Hun peut être interprété comme le royaume du subconscient qui est particulièrement actif durant le sommeil, il influence les rêves la nuit. Il peut être compris comme une sorte de conscience éthérée qui peut se séparer du corps durant le sommeil.

Il est enraciné dans le foie et plus particulièrement dans le Yin du foie qui inclue le sang du foie. S’il y a vide du Yin du foie, l’âme éthérée privée de sa résidence et est déracinée. Cela peut engendrer des insomnies, de la peur et des prises de décisions difficiles pour donner une direction à sa vie.

Lorsque le sang du foie est abondant, la personne est courageuse, est capable de faire face aux difficultés de la vie, et a la capacité de planifier sa vie. Si le sang du foie est en vide, la personne manque de courage, ne peut pas faire face aux difficultés, ne peut pas prendre de décisions et elle est facilement découragée.

Le Hun et le Shen (Esprit résident dans le cœur) sont étroitement connectés. Au travers du Hun, le Shen peut se projeter et s’extérioriser mais aussi s’intérioriser pour recevoir l’intuition, l’inspiration, l’imagination, les idées, les images dérivées de notre inconscient.

Semiologie de Foie

Stagnation de Qi d Foie

Sensation de distension au niveau des hypochndres et de la poitrine, soupirs, hoquets.   Mélancolie, état dépressif, humeur instable, irritable, tendu, sensation de boule dans la gorge. Troubles digestifs: nausées, RGO... Règles irrégulières, douloureuses, syndrome prémenstruel.   Relation avec la médecine occidentale:  dysménorrhées, mastoses, pharyngites, troubles nerveux  et émotionnels

Stase de Sang de Foie

Règles irrégulières, sang menstruel foncé avec des caillots, douleur abdominales, bien locallisées térébrantes, mases fixes dans l'abdomen.

Feu du Foie qui s'élève

Irritabilité, propension à de brusques accès de colère. Acouphènes, céphalées temporales ou au niveau des yeux, vertiges, visage et yeux rouges, soif, goût amer dans la bouche, sommeil perturbés par des rêves abondant, constipation. Relation avec la médecine occidentale: Hypertension essentielle, migraines, hémorragies du tractus digestif supérieur, maladies oculaires comme la conjonctivite chronique ou du glaucome, troubles de l'oreille comme une labyrinthite, ou Ménière ou une otite.

Chaleur-Humidité du Foie et Vésicule Biliaire

Plénitude et douleur des hypochondres de la poitrine, jaunisse, nausées, vomissements, perte d'appétit, distension abdominale, leucorrhées jaunes et nauséabondes, prurit génital.  Relation avec la Médecine occidentale: Hépatites, ictères, orchite, cervicite, vaginite, eczèma des organes génitaux, Zona.

Vide de sang de Foie

Maigreur, vertiges, acouphènes, oeil desséché, fourmillement, spasmes tendino-musculaires, ongles ternes, mous ou pâles, règles peu abondantes.  Corresponsance en médecine occidentale: Anémie, névroses, maladies oculaires, cirrhose, syndrome climatérique, menstruations irrégulières, Impatiente des jambes.

Monté du Yang du Foie

Céphalées, vertiges, acouphènes, tension interne, insomnie, colère, yeux rouges.  Correspondance en médecine occidentale: HTA, maladies oculaires, hyperthyroide....

Agitation interne du vent du Foie

Convulsion, hémiplégie, tremblements, difficultés d'élocution, nuque raide, tétanie, bourdonnement oreilles. Correspondance avec la médecine occidentale: HTA, AVC, insolation, apoplexie, Parkinson, épilepsie

 

Obésité et Médecine Chinoise

L’obésité n’s pas nécessairement la conséquence du « trop manger/peu bouger » mais résultent de déséquilibres énergétiques plus profonds.  L’obésité est qualifiée de grave à chaque fois que l’IMC (poids en kg divisé par le carré de la taille (en mètres)).  Plus une obésité est grave, plus les risques pour la santé sont augmentés.  Parmi ces risques on citera le diabète, l’HTA, les maladies cardio-vasculaires, arthroses des genoux et du rachis lombaire, les problèmes respiratoires…..

L’obésité résulte d’un déséquilibre énergétique, ce dernier peut être dû à un Vide de Rate, un excès de chaleur à l’Estomac, un excès de mucosité-humidité, un excès de yang de Foie, une stase de sang et stagnation de QI ou encore un vide de Yang de la Rate et des Reins.  L’obésité revêt ainsi différentes formes étiopathogéniques.

Les différentes formes d’obésité

Obésité par vide de Qi de Rate

Obésité avec un passé de mauvaise habitudes alimentaire, fatigue avec sensation de faiblesse, hypersomnie avec tendance à la somnolence, selles ramollies. Toute forme de surmenage peut donner lieu à un vide de Rate. De même l’absence de mouvements, l’excès d’aliments sucrés, le travail excessif, l’inquiétude, les soucis lèsent la Rate. 

Obésité par excès de chaleur à l’Estomac

Appétit exagéré avec faim rapide après repas, soif de boissons fraîches, goût amer ou acide dans la bouche, mauvaise haleine.  La personne mange trop. Les aliments stagnent et engendrent la chaleur de l’Estomac.   Les aliments trop épicés, l’alcool, les fritures, les aliments à indice glycémique élevé donnent une chaleur à l’Estomac.  La Rate étant vide, elle ne peut transformer cette alimentation. Il s’ensuit une production de mucosités (graisses)

Obésité dû à un excès de Mucosité – Humidité

Appétit exagéré avec prédilection pour les aliments sucrés et gras.  Si les repas sont pris de façon irrégulière, tardivement par exemple, cela peut favoriser l’humidité digestive.  Ce type d’obésité est, par ailleurs, souvent aggravé par une mauvaise hygiène de vie (hyper sédentarité)

Obésité par excès de yang de Foie

Humeur cyclothymique ou dépressive, irritabilité, corps empâté, antécédents d’HTA, bouche amère, insomnies.  Les sentiments d’injustice, la colère.., vont léser libre circulation du Foie ; d’où excès de yang de Foie.

Obésité par stase de sang et stagnation de QI

Appétit faible, ballonnement et fatigue postprandiaux, vertiges, engourdissement des membres, varicosités dans les jambes, parfois œdèmes des chevilles.

Obésité par vide de yang de la Rate et des Reins

Obésité plus sévère en dessous de la ceinture, inappétence, distension abdominale postprandiale, apathie, fatigue, faiblesse des membres, membres froids, douleurs lombaires, parfois œdèmes des membres inférieurs avec dysurie (difficulté à évacuer les urines). La personne peut même souffrir d’inappétence et tout en mangeant peu, il reste gros.

La Médecine Chinoise prend alors toute son importance car c’est la médecine de l’équilibre associé à la diététique et la pratique de 30 mn d’activité physique par jour minimum.   La Médecine Chinoise est un excellent moyen d’accompagnement pour bien maigrir car elle permet d’obtenir des pertes de poids intéressantes avec des régimes moins restrictifs et une pratique de l’activité physique moins importantes.  Avec des séances une fois par semaine pendant 4 à 6 semaines ; après quoi elles sont espacées à raison d’une séance tous les 15 jours pendant 6 mois au moins.

 

La Thyroïde en Médecine Traditionnel Chinoise

La thyroïde, située à la base du cou, est la plus volumineuse des glandes endocrines.             Elle secrète des hormones, notamment la T3 (triiodothyronine) et la T4 (thyroxine) qui agissent aussi bien sur la gestion de l’énergie dans le corps que sur la régulation de la température et du rythme cardiaque ou les fonctions cérébrales.          En cas de suractivité de la glande, on parlera d’hyperthyroïdie et à l’inverse, en cas de ralentissement, d’hypothyroïdie.

Cette production d’hormones thyroïdiennes est stimulée par une autre hormone, la thyréostimuline (TSH), sécrétée par l’hypophyse. On détecte d’ailleurs les problèmes de thyroïde en mesurant le taux de TSH dans le sang.

Même au tout début d’un dérèglement thyroïdien, le taux de TSH est souvent anormal. S’il est trop élevé, c’est une hypothyroïdie car l’hypophyse réagit au manque d’hormones en secrétant davantage de TSH pour tenter de stimuler la thyroïde.

La thyroïde et le rein

Il existe douze organes-entrailles en MTC qui interagissent les uns avec les autres. Chacun d’eux correspond à une fonction physique mais également émotionnelle. La thyroïde est toujours liée au rein car c’est l’organe-entrailles qui la « gouverne »                  .Le rein est le moteur de tous les mouvements du corps, il régule sa température et maintient l’énergie vitale. Il régit les fonctions émotionnelles de la peur, l’angoisse, les phobies et la mémoire.       Un vide de yin du rein est associé à l’hyperthyroïdie (insomnie, crainte de la chaleur, transpiration nocturne, perte de poids, soif permanente, irritabilité) et un vide de yang du rein à l’hypothyroïdie (apathie, hypersomnie, frilosité, transpiration spontanée, prise de poids, rétention d’eau).

Les autres organes

Trois autres organes sont impliqués :

  • Le foie, pour sa fonction émotionnelle liée à la colère, l’irritabilité et le stress.
  • La rate, pour sa gestion des « chairs », c’est-à-dire tout ce qui, dans le corps, structure et lie les différents éléments (organes, os…) entre eux et de la digestion.
  • Le poumon, pour son rôle de gardien de la peau et du système immunitaire. Ces organes agissent en binôme, entraînant certains symptômes associés aux problèmes de thyroïde :
  • La liaison rein/rate : elle aura une incidence sur le métabolisme et la digestion. Le dysfonctionnement du rein provoque dans certains cas celui de la rate. Elle sera alors responsable de la mauvaise digestion, du manque d’appétit, d’une sensation de corps lourd et de la variation de poids (prise de poids en cas d’hypothyroïdie et perte pour l’hyperthyroïdie).
  • La liaison rein/poumon : toujours dû au rein, le dysfonctionnement du poumon sera notamment à l’origine des problèmes de transpiration associés aux pathologies thyroïdiennes en raison d’une ouverture trop importante des pores. Il sera d’ailleurs responsable de tous les écoulements excessifs des liquides organiques vers l’extérieur (urine, selles, flux nasal…), aggravant ainsi la perte de Qi et favorisant l’agitation mentale, les palpitations, la baisse des facultés intellectuelles et l’état d’introversion.
  • La liaison foie/rate : lors d’un choc émotionnel, le Qi du foie peut se bloquer ; on dit alors que le fils foie se rebelle contre sa mère rate. Son énergie se met à circuler à contre-courant. La rate étant entravée dans sa fonction, elle fabrique des glaires qui, par l’énergie contraire du foie, vont remonter et former dans la gorge un goitre ou des nodules

 

Le traitement

Le but des traitements en MTC est donc de tonifier le rein (yin pour l’hyperthyroïdie et yang pour l’hypothyroïdie), débloquer l’énergie du foie, nourrir le sang pour lui redonner une meilleure qualité, dissoudre les mucosités pour les nodules et les goitres, tonifier le yin ou le yang de la rate, et enfin tonifier le yin ou le yang du poumon

 

 

La Médecine Chinoise soulage et agit contre le rhume des foins

Dès la fin du mois de janvier, les personnes sensibles aux pollens commencent à avoir les yeux qui larmoient, le nez qui pique et qui coule. Ces pollens microscopiques stimulent le système immunitaire, qui les considère comme une menace et tente de les neutraliser par une cascade d’événements impliquant de nombreuses réactions, notamment la libération d’histamine par les mastocytes du système immunitaire.

Cette chaîne d'événements se traduit par des cellules de mucus du nez et des cellules autour des yeux produisant des quantités croissantes de mucus et de larmes, la gorge et les voies respiratoires peuvent être irritées et bloquées, à mesure que la réponse immunitaire tente d'arrêter cette menace apparente.

Les habitants de villes industrielles occidentales sont de plus en  plus  nombreux  à  souffrir  de  maux  en  relation  avec  le  rhume  des  foins.  D’après  des  statistiques,  les  allergies  au  rhume des foins auraient décuplés durant la dernière décennie.  Différents  facteurs  contribuent  à  cette  augmentation  :  on  peut  citer  entre  autre  l’aggravation  de  la  pollution  de  l’air, entraînant à la longue un affaiblissement et une irritation des muqueuses.

En Occident, on considère que l’allergie est une réaction excessive de l’organisme au contact avec une substance ordinaire dénoncée donc comme « allergène ».  Il suffit tout simplement d’être au contact de cet allergène pour développer une réaction de défense anormalement exagérée.

Mais il y a un autre effet pervers dans cette approche de l’allergie en médecine occidentale : c’est cette impression de fatalité et de peur de l’extérieur. Car la peur touche au fondement même du fonctionnement de l’organisme à savoir l’énergie des Reins.

Mais la médecine chinoise va inverser la donne.  En effet son approche n’est pas du tout la même.  Elle part de l’axiome de base suivant « Une réaction allergique est toujours la manifestation d’une insuffisance de la capacité d’adaptation de l’organisme à son environnement »

La Médecine traditionnelle chinoise une approche différente mais complémentaire  la Médecine occidentale

En  Médecine  traditionnelle  chinoise,  le  rhume  des  foins  peut résulter de :

  • Cinq facteurs différents qui sont : le vent, la chaleur, l’humidité, la sécheresse et le froid. Ces termes ne font pas référence au climat mais sont plutôt la description de manifestations
  • Une faiblesse de l’énergie protectrice du corps, que l’on appelle Wei QI (à cause de facteurs héréditaires transmis par les parents ou à la suite d’événements existentiels modifiant notre façon de « recevoir » le monde) qui va le rendre incapable d’empêcher ce vent saisonnier de pénétrer en profondeur dans l’organisme
  • Et un dysfonctionnement sous-jacent de la rate et du poumon entrainant la formation d’humidité et de mucosités sans oublier l’énergie du Rein.

Le traitement en  médecine  orientale  consiste  à  expulser  le  «  vent  »  du  corps en tonifiant des points pour l’énergie des poumons.

Agir sur les défenses du corps en tonifiant l’énergie défensive Wei et la couche Tai Yang afin de renforcer la couche externe (peau) du corps, lui assurant une meilleure résistance contre les agressions extérieures et aussi renforcer l’énergie de la rate et du rein.

Calendrier pollen 1Calendrier pollen 2

Certain mesures dans votre quotidien

• Utilisez vaseline au bout des narines pour piéger les excès d'allergènes.

• Gardez les fenêtres fermées et utilisez des climatiseurs si nécessaire.

• Evitez de sécher vos vêtements à l’extérieur lorsque le pollen est élevé, utilisez des sèche-linge.

  • Portez des lunettes lorsque vous sortez pour éviter que des allergènes ne pénètrent dans les yeux.

• Prenez une douche avant de vous coucher pour éviter d’apporter des allergènes dans votre lit

  • Nettoyez régulièrement les animaux qui causent vos allergies, vous pouvez même aspirer (utiliser des aspirateurs filtrés HEPA) les excès de squames animales des animaux domestiques (attention aux chats !!) et des tapis.

La Médecine Chinoise soulage les symptômes de la fibromyalgie

La fibromyalgie est reconnue comme maladie par l’OMS depuis 1992. Il s’agit d’une affection chronique douloureuse non inflammatoire de l’appareil locomoteur, c’est-à-dire des muscles, tendons et ligaments. On parle également de rhumatismes de tissus mous.  Etymologiquement, le terme fibromyalgie est constitué de « fibro » pour fibrose, « myo » pour muscles et « algie » pour douleur. Ce terme indiquerait donc une fibrose douloureuse des muscles, la fibrose n’étant cependant pas une lésion que l’on retrouve dans cette maladie.Fibromyalgie 1

 Les causes exactes ne sont pas connues et les femmes sont le plus souvent touchées. Cette affection est due à une insuffisance de Wei Yang (fonction défensive) et de la faiblesse fréquente du Ying Xue Sang (sang).

Les caractéristiques de cette maladie sont des douleurs intenses, particulièrement au niveau des muscles et des tendons avec des douleurs à la palpation à certains points. En fonction de la saison, les douleurs peuvent varier et être plus prononcées par temps froid et humide, moins par temps chaud et sec.  

En médecine traditionnelle chinoise (MTC), lorsqu’on parle de fibromyalgie, on parle de syndrome JIBI : c’est l’obstruction (Bi) des muscles (Ji). La cause interne sera une faiblesse de l’énergie de la rate, du cœur et de l’estomac. Cela se manifestera par des troubles du sommeil, de l’anxiété, une fatigue chronique, une mauvaise digestion, des ballonnements, des diarrhées. La cause externe sera le vent froid et surtout l’humidité qui attaquent les muscles et provoquent une stagnation du Qi et du Sang qui engendrent alors les douleurs. Les malaises de l’humidité peuvent aussi découler de désordres internes (mélancolie, vague à l’âme, amertume, dépression, inquiétude, stress). Pour les praticiens chinois, le siège de ces émotions se situe dans l’estomac, le foie et la rate.

« L’association de facteurs extérieurs et intérieurs sont propices à la fibromyalgie »

En Médecine Chinoise on  ne traite pas seulement les douleurs de la personne mais dans son intégralité.  Le traitement va chasser l’humidité, activer la circulation, calmer l’esprit et harmoniser le Ying (énergie essentielle circulant dans les vaisseaux) et le Wei (énergie défensive).

La médecine traditionnelle chinoise ne peut pas guérir un patient souffrant de fibromyalgie, cependant, elle pourra le soulager, diminuer ses douleurs et lui offrir une meilleure qualité de vie.

Pour ressentir les bienfaits d’un traitement en MTC, on estime en règle générale la durée du traitement en fonction du stade de la maladie. Au début du traitement les séances sont rapprochées,  pendant environ deux mois, ensuite, il s’agira que des séances d’entretien selon le besoin.

Les possibilités de la médecine chinoise dans le traitement de la fibromyalgie sont très nombreuses.  

 « Les fibromyalgiques sont très souvent sensibles au froid, à l’humidité et au vent, un phénomène très bien compris et traité en médecine chinoise.»

La Diététique Chinoise

La diététique chinoise repose sur la connaissance des « sages » chinois, obtenue en observant la nature. C’est ainsi que sont nées les théories du Yin et du Yang, des cinq éléments et les principes philosophiques taoïstes. La légende veut que les pères du Tao aient eu une obsession : l’immortalité. La diététique fut l’une des méthodes utilisées pour atteindre ce but. Ainsi, la tradition chinoise a appris à connaître, au fil des siècles, les propriétés subtiles des aliments en suivant les lois du Yin Yang et des cinq mouvements (nature, saveurs, affinités de tel aliment avec tel organe, propriété asséchante ou humidifiante, etc.).

La santé en Chine a toujours été très orientée vers la prévention des maladies et la recherche d’une existence saine et harmonieuse. La diététique y joue un rôle fondamental. Celle-ci comprend un ensemble de règles valables pour tous, adapté à sa propre constitution.

En diététique, l’organe qui nous semble a priori le plus important serait l’estomac mais en réalité il n’est que le prolongement de la fonction yang du monde de la Rate. L’estomac est le réceptacle, le chaudron qui accepte ou refuse (vomissements) l’eau et les aliments (Shui Gu Qi). Sous ce chaudron, ou plutôt avec ce chaudron se trouve le monde de la Rate chinoise (qui pourrait presque s’apparenter au pancréas de la médecine occidentale) qui a deux grandes fonctions : transformer les aliments reçus et transporter des différentes énergies extraites. Ainsi la Rate pourrait s’apparenter au feu sous le chaudron et aux différentes canalisations qui en sortent.

Le dernier paragraphe suffit à expliquer les principales règles de la diététique et du choix des aliments en médecine énergétique traditionnelle chinoise : il ne faut pas refroidir le feu et encore moins l’éteindre ; il ne faut pas entraver les voies de circulation.

Les grandes règles de base

1. Eviter de boire pendant les repas. Il est préférable de boire une demi-heure de distance du repas : s’arrêter une demi-heure avant et attendre une demi-heure après. Durant le repas l’eau peut être ingérée sous forme de soupe, de bouillon ou de thé et d’infusion mais jamais en excès est plutôt à la fin des repas.
Ceci est très important car l’eau, surtout si elle est fraîche ou qu’elle sort du frigo !, va littéralement éteindre le feu sous le chaudron ; forçant la Rate à un effort considérable pour maintenir la température constante et optimum. Au fil des repas, des jours, des années, la Rate se fatigue, s’épuise et va progressivement laisser l’humidité s’installer dans le corps. Les symptômes de cette humidité sont rarement visibles décelables avant la trentaine mais lorsqu’ils arrivent (œdèmes des membres inférieurs, les yeux gonflés, ballonnements, prise de poids, cellulite, inappétence,…) Il est plus que temps de remédier à l’origine du problème.

2. Mangez tiède.  Sur le même principe, les Chinois ont classé les aliments selon plusieurs critères dont leurs qualités calorifiques. Ainsi distingue-t-on plusieurs catégories allant des aliments très froids aux aliments très chauds; la menthe est fraîche tandis que la crevette est chaude…Les ingrédients frais et froids (aliments Yin) sont opposés aux ingrédients tièdes et chauds (aliments Yang). Cette distinction chaud/froid est indépendante de la température à laquelle l’ingrédient est ingéré. Un exemple pour bien appréhender cette notion serait l’effet rafraîchissant que l’on ressent lorsque l’on mange une pastèque par une chaude journée d’été. A l’inverse, manger une raclette par cette même journée chaude d’été risque de vous donner encore plus chaud même après le repas.
De manière générale, les légumes et les fruits sont de nature fraîche ou froide alors que les viandes, condiments et alcools sont de nature tiède ou chaude.
Il va donc falloir éviter une surconsommation de produits froids tels que les glaces, les crèmes glacées, les crudités. Ces aliments ne sont tolérables que dans certains climats chauds ou dans certaines régions en fonction des saisons (les crudités sont en général bien toléré de juin à septembre dans le sud de la France). Ne pas ingérer d’aliments ou boissons excessivement chauds qui peuvent blesser les muqueuses et les cellules de la bouche et de l’œsophage.

3. Les produits laitiers sont à la fois froids et humidesL’humidité et le froid affaiblissent considérablement la rate. Par cet affaiblissement de la rate, les produits laitiers, en dehors des problèmes digestifs et allergiques qu’ils occasionnent, provoquent des troubles comme des œdèmes, des glaires, de la cellulite, des problèmes articulaires, des réveil fréquents ainsi que parfois des problèmes de mémoire et de rumination de pensées. Pour ceux qui craignent une carence en calcium, on le retrouve dans beaucoup d’autres aliments moins néfastes : amandes, sésame, persil, chou vert, brocolis, poireaux…

4.  La charcuterie et les viandes rouges et grasses apportent de l’humidité et de la chaleur ; il est préférable de les remplacer par du poisson, des viandes blanches ou des protéines végétales. Les protéines animales se consomment le midi et doivent être supprimées le soir pour être remplacées par des protéines végétales (mais en faible quantité). En demandant beaucoup d’énergie pour être digérés, les protéines animales empêchent la venue du sommeil et fatigue beaucoup le rein qui est chargé d’éliminer les acides produits par la consommation de protéines animales. Le soir, manger tôt (avant 19h30).

5. Stopper le grignotage. Pour différentes raisons il est préférable d’instaurer 4 ou 5 repas à heures régulières plutôt que de grignoter n’importe quoi n’importe quand. Il faut, en tout cas, espacer chaque prise d’aliment d’au moins 3 heures.

La rate, pour se préparer, a besoin de connaître l’heure à laquelle elle devra intervenir, si cette heure change tout le temps elle n’a jamais le temps de s’adapter. De plus lorsque nous ne mangeons pas, la rate continue ses travaux de transformation et de transport ou plutôt elle s’y consacre de façon plus active que pendant les repas. Si durant ces phases essentielles de tri et d’extraction de la quintessence des aliments on vient lui demander de remettre du bois sous le chaudron elle sature, elle tentera d’assumer toutes ces tâches en même temps mais de manière incomplète.
Il apparaît alors des troubles de la digestion (le chaudron n’est pas assez chaud : inappétence, sensation de satiété rapide, éructations), du transport (fatigue intestinale, constipation, œdème) et des troubles de la transformation conduisant à une accumulation de l’humidité pathogène (ballonnements, lourdeurs, vertiges, œdème, prise de poids, cellulite)

6. Évitez au maximum l’apport en acide gras saturés : la charcuterie, les mauvaises huiles, la margarine, le beurre cuit. Consommez alternativement des huiles riches en oméga 3, 6 et 9 : huile d’olive (cuisson et salade), de tournesol, de colza ou de noix, qui ont une action bénéfique sur le système nerveux et l’intestin grêle (aide à la restauration de sa paroi). Les huiles certifiés BIO extraites à froid ou avec un léger préchauffage pour les graines toastées. Evitez les huiles conventionnelles qui subissent des traitements chimiques et un raffinage pour augmenter les rendements et enlever leur odeur, leur couleur, leur goût… et leurs nutriments.

7. Consommez les fruits en dehors des repas (sinon flatulences).

8. Adaptez sa diététique au rythme des saisons:  car ceux-ci sont adaptés aux besoins énergétiques du moment. Associer également les couleurs, puisqu'elles sont énergie et contribuent au plaisir et à l'appétit. Le rouge, hyper-yang, réchauffe. Le jaune est neutre et régulateur. Le blanc, yin, renforce les poumons et le gros intestin. Le vert (yang) stimule l'énergie et la digestion. Et le noir (hyper-yin) tonifie l'énergie fondamentale et le sang.

A. Printemps: Il faut préférer la saveur douce et limiter la saveur acide, pour ne pas blesser le Foie et soutenir la Rate. 

  • Parmi les légumes : les carottes, asperges, céleri, champignons noirs, betterave, pois, courgettes, pommes de terre, potiron, radis, chou, chou-rave, brocolis.
  • Parmi les graines et féculents : les haricots rouges, azukis, patates douces, taro, les céréales telles que maïs, riz glutineux, blé, orge, avoine.
  • Parmi les épices et aromates très parfumés : gingembre, ail, ciboulette, cumin, échalote, persil, safran…
  • Parmi les produits animaux : les poissons maigres, viandes rouges peu grasses et blanches (bœuf, dinde, poulet, pigeon).
  • Des fruits tels que les pommes, dattes, jujubes, figues séchées, et papaye.

 

B. Eté: Les fonctions digesives faiblissent, il faut éviter les aliments piquants et secs, manger léger, éviter le gras et les aliments trop riches, consommer davantage de fruits et de végétaux pour compenser les pertes de liquides dues à la chaleur.

  • Parmi les légumes et les fruits : la pastèque, le melon, les pommes, les épinards, les artichauts, endives, roquette, laitue, les aubergines, le céleri, les algues, la rhubarbe, les carottes, le maïs ou le concombre, kiwis, abricots, pêches, figues, dattes.
  • Parmi les produits animaux : agneau, mouton, fromages de brebis et de chèvre.
  • Parmi les épices et aromates : thym, sauge, basilic, curcuma, cacao, thé vert, café…
  • Attention par ailleurs à ne pas boire glacé pendant les repas, cela reviendrait à jeter un seau de glaçons sur un feu de cheminée (feu de l’estomac).

  • Automne: Les gastro-entérites sont fréquentes en cette période de l’année. La maladie peut facilement « entrer par la bouche ». La diététique chinoise recommande de réduire la quantité de fruits et autres végétaux crus, de boissons fraîches, et d’aliments de nature froide, afin de prévenir d’éventuelles perturbations des Intestins et de l’Estomac. Il convient par ailleurs de porter une attention accrue à la fraîcheur des aliments, notamment en ce qui concerne les poissons, viandes et coquillages.  La consommation de produits de saveur piquante sera diminuée durant l’automne afin de ne pas contrarier le mouvement de retour de l‘Énergie vers la profondeur.
  • Des légumes tels que concombre, aubergine, soja vert, soja jaune, betterave, courge, navet, potiron, oignon, choux, cresson, algues, haricots blancs ou rouges, pois, lentilles, fèves, pommes de terre, patates douces, carottes, céleris, endives, choux-fleurs, châtaignes, champignons.
  • Des fruits comme les figues, coings, noix, prunes, melons, raisins, pêches, mangues, framboises, mandarines.
  • Des produits animaux : lapin, dinde, pintade, roquefort.

C. Hiver: C'est la périiode ou l'énergie est la plus intérioris où l'on va accumuler, stocker, restaurer l'énergie.  Pendant l’hiver, il est conseillé d’augmenter la part des produits animaux et de diminuer celle des légumes et des fruits. La viande nourrit plus spécifiquement la structure organique et contribue ainsi à recharger l’aspect physique de la vitalité. C’est le temps de l’immobilisme, un peu comme la sève qui redescend vers les racines pour un repos qui constitue une prémisse à une renaissance. À l’instar des animaux, il faudrait pouvoir hiberner, ce qui n’est guère prévu dans nos sociétés. Cependant, rien n’empêche de se coucher un peu plus tôt, de se lever un peu plus tard et d’éviter autant que possible de travailler dehors sinon très bien se couvrir.

  • Le canard par exemple, doux et légèrement frais, est particulièrement indiqué pour tonifier le Yin dans tout le corps.
  • Le poulet, doux et légèrement tiède, réchauffe le Foyer Moyen. Il revitalise le Qi et renforce le Jing (essences vitales contenues dans les Reins).
  • Pour renforcer le Yang, le mouton et le bœuf sont indiqués. De saveur douce et de nature tiède, le mouton tonifie et réchauffe le Foyer Moyen (Rate-Estomac) et le foyer inférieur (Reins).
  • Le bœuf renforce quant à lui la rate, source de l’énergie acquise. D’une façon générale, on diminuera les aliments de saveur rafraîchissante et l’on augmentera celle des produits plus riches et de saveur amère afin d’enrichir le Yin et de consolider le Yang.

On mangera avec profit des produits consistants et nourrissants tels que semoule, pâtes, pet riz, sarrasin, froment, seigle.

  • Parmi les oléagineux, citons les amandes, cacahuètes, noix, noisette.
  • Parmi les légumes et féculents, la betterave, le chou-fleur, le chou, les épinards, les pois chiches, les flageolets, les pommes de terre, patates douces, topinambours, lentilles, haricots blancs ou rouges, azukis, soja noir, châtaignes.
  • Les poissons gras tels que thon, maquereau, cabillaud, sole, saumon, sardines sont également de circonstance.

Voilà, pour débuter les  grandes règles qui me semblent essentielles.

 

×